Google : fin de l’optimisation fiscale « double irlandais »

Publié le 29 06 2020 dans Actualités

lGXFMoidqBwo6SJ1bFvZ_77282612_s (1).jpg


La fiscalité de Google

À l’instar de ses rivaux tels qu’Amazon, le géant du Web multiplie les initiatives visant à s’affranchir d’une réputation de mauvais élève fiscal. Dernière en date ? L’annonce par le géant du Web de la fin de son recours à la technique d’optimisation fiscale dite du « double irlandais ».

L’optimisation fiscale de Google

Après des années d’optimisation fiscale agressive, les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) doivent désormais se plier aux nouvelles règles du jeu. À titre d’exemple, la multinationale Google vient d’annoncer qu’elle renonçait à compter de 2020 à sa technique d’optimisation fiscale dite du « double irlandais ». Particulièrement sophistiquée, cette technique permettait au géant du Web de loger des milliards de revenus en Irlande, via un réseau de filiales et autres sociétés-écran aux Pays-Bas, aux Bermudes et bien entendu sur l’île verte. L’intérêt d’un montage de type « double irlandais » ? Un taux irlandais d’imposition extrêmement réduit, comparé aux autres juridictions de l’OCDE.

Vers une fin de l’optimisation fiscale 

Cette annonce d’envergure sur la fiscalité de Google intervient dans un contexte marqué par la disparition progressive des régimes juridiques favorables à l’optimisation fiscale, à l’instar de celui du « double irlandais ». Également, les multinationales subissent une pression accrue pour s’aligner sur les efforts de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour limiter l’optimisation fiscale agressive. Une nécessité pour la plupart des économies occidentales, qui utilisent la fiscalité de Google et d’autres multinationales comme étendards pour lutter contre l’érosion de leur base fiscale. La fiscalité de Google et des grandes entreprises vous intéresse ? Faites un tour sur ComptaJob.fr, le site de référence en matière d’emploi comptable.



  Retour en haut de page