Coronavirus : l’impact sur les finances publiques

Publié le 09 11 2020 dans Actualités

QKy9UNYCsY2eklfwBT8X_fran.boloni.jSKjkV4Oc5Q.unsplash.jpg


Coronavirus et finances publiques

Depuis le début de la crise liée au coronavirus, en mars dernier, le gouvernement ne recule devant rien pour soutenir ménages et entreprises. ComptaJob fait le point sur le coût significatif pour les finances publiques de l’ensemble des mesures de soutien.

Coronavirus : l’augmentation des dépenses publiques

Confinement, déconfinement progressif puis reconfinement : à l’instar de nombreux pays européens, la France semble désormais dans l’engrenage de la crise économique, sanitaire et sociale liée au coronavirus. Pour y faire face, l’Etat a débloqué des moyens d’envergure, entre dépenses publiques et pertes de recettes publiques. Selon le quatrième budget rectifié de finances publiques, les dépenses prévues relativement à la crise du coronavirus se chiffrent aujourd’hui à 86 milliards d’euros. Ces dépenses publiques exceptionnelles comprennent notamment les dépenses de santé (12 milliards d’euros), la prise en charge du chômage partiel (34 milliards d’euros), le fonds de solidarité pour TPE-PME et indépendants (20 milliards d’euros), les aides aux ménages les plus précaires (2 milliards d’euros), etc.

Coronavirus : les pertes de recettes publiques

Au-delà des dépenses publiques exceptionnelles, l’impact du coronavirus sur les dépenses publiques englobe également les pertes de recettes publiques. On peut ainsi mentionner l’exonération de cotisations sociales pour les entreprises des secteurs les plus touchés (hôtellerie-restauration, culture, évènementiel, etc.), à hauteur de 8 milliards d'euros. Mais également le report de la réforme de l'assurance chômage, initialement prévue en avril, pour un manque à gagner de 2 milliards d'euros, les avances remboursables accordées aux PME (500 millions d’euros), les ajustements fiscaux à destination des entreprises (400 millions d’euros), divers crédits (6 milliards d’euros) dans le cadre des plans de soutien à l’industrie tricolore, etc. Bien entendu, les principales pertes de recettes publiques concernent le manque à gagner sur les impôts directs (TVA) et indirects (impôt sur le revenu, impôt sur les sociétés, etc.), résultant du ralentissement de l’économie. Pour la Cour des comptes, les pertes de recettes publiques se chiffrent actuellement à 70 milliards d’euros, et devraient rapidement franchir le seuil des 100 milliards d’euros.

L’impact sur les finances publiques des mesures gouvernementales de soutien aux entreprises et aux ménages vous intéressent ? Faites un tour sur ComptaJob.fr le site de référence en matière d’emploi comptable.


  Retour en haut de page